Total Pageviews

Wednesday, December 14, 2011

Visite des Impatients

Suite à la visite des ateliers de travail et des salles d’exposition des Impatients au centre-ville par les participants du Centre, voici un aperçu des commentaires recueillis.

L’exposition posthume de Pierre Ostiguy (1949- 2009), a retenu l’attention des visiteurs. Certains d’entre-eux ont dit avoir beaucoup
apprécié leur visite. Plusieurs ont fait état du choix des couleurs flamboyantes, de la force du dessin ainsi que des influences marquantes d’artistes tels que Picasso et Van Gogh.

Chapeau de paille.

Par Jancy Bolté
Des fois, que je trouverais le mot, la phrase que je cherche. S’il faut le dictionnaire, là je ne suis pas intéressé, trop paresseux.Wikipedia fera l’affaire! Voir même plus efficace! Mais dans le cadre d’une conversation! Dans la bouche d’autrui. Les mots, les paroles. Chercher les mots, comme une couleur, comme un décor, une position ou une disposition. C’est comme du Jakie, Jacques Brel.
Acteur, redite cette ligne, reprenez le texte, plus d’emphase, bon dieu, de la force, sentez le personnage. Non, il faut être uniforme, monocorde, presque monotone, ici, gueuler, gueuler bon sang, de bons sens!
Trêve de dialogues.
Dring, ça sonne, je descends ouvrir, personne. Je rêve ou quoi. C’est comme manquer le métro au portillon. J’avais envie de voir quelqu’un, n’importe qui.un visage, une voix. Personne. Bon passons. Chapeau de paille.
Chat, peau de laine ou de poils!
Un chat qui chie, Annibal, très stoïque. Mais il faut toujours qu’il gratte et gratte les tapis, après, moi ensuite, le balai, l’aspirateur, un vrai ballet, la pelle, ça m’emmerde. Moi je leur apprendrais à aller à la toilette, et à faire le ménage. Deux chats dans un appartement, c’est démentiel! Deux jours après que j’ai fait le ménage, tout est sans dessus, dessous. La poussière, la terre, les plantes! Quand ils se mettent à courir.... Je me dis toujours ce sont les derniers! Après, il n’y en aura plus d’autres, ça en fait au moins vingt que j’ai. Mais ceux là sont les derniers, et ce sont eux qui font le plus de bêtises. Je vous le jure! D’ailleurs quand j’en aurai ras-le-bol, je les donne. Et puis ça coûte cher. Les miens, ils mangent tout le temps et ils sont maigres comme des clous. Ce n’est pas possible!
C’est sur, ce sont les derniers. Car, j’ai ouvert la porte arrière du balcon et j’ai les aient intimé, lui et elle de sortir. Ils sont partis, moi j’ai été à mon atelier au Centre Wellington. Trois heures plus tard, ma voisine m’a dit que les chats voulant revenir au bercail avaient hurlé à la mort, qu’ils avaient alerté tous les chats du quartier qui les ont amené autre part. Vous me trouvez cruel envers les chats! Les chats peuvent être très gentils ou très méchants. Si vous voyiez les cicatrices que j’ai au bras, vous comprendriez.
Qui a bien pu sonner tout à l’heure? Les chats ne sonnent pas pour entrer.
C’est reparti mon kiki. Oui. Ça suffit. Était-ce ici, était-ce là. Va savoir, dis le dicton!
Je pense que je suis certain de partir sur un blues, une déprime ou une manie. Mais je n’ai pas le temps, ou plutôt pas envie. Faut que je m’occupe. Samedi ménage, et je n’ai pas le goût. Il me faut des meubles, je n’ai pas d’argent. Du bacon! Au prix ou il est, il porte bien sa métaphore, le bacon.
Chapeau de paille en hiver! Cousu, décousu, pas cousu, des chimères!
Ah, que la neige a neigé, il me faut mon capot! Alléluia!

Paroles Citoyennes

Lettre ouverte adressée à la mairie de l’arrondissement Verdun et au courrier du lecteur du journal Le Messager de Verdun.

Par : Sylvain Descostes

«Joyeux Noël Verdun»

En premier lieu, Bonne journée et Joyeux temps des fêtes. Lorsque je suis parti ce matin pour me rendre à mon travail, j’ai vite compris que l’ hiver a sonné à nos portes. C’est très beau de voir la neige tomber au dessus de nos têtes et le froid qui fait sourire nos pommettes. Malheureusement, il y a des gens qui gâchent mon plaisir, ils ne savent pas où amener leurs chiens pour faire les petits besoins de Monsieur et Madame Fido ! Et bien, je crois qu’il existe des parcs à Verdun et il serait IMPORTANT de le rappeler aux citoyens de l’arrondissement, où du moins, nous savons qu’il existe des moyens d’agir plus civilement ! Merci de prendre le temps de me lire ! Enfin, je vous souhaite JOYEUX NOËL BLANC quand même !

Hommage d’Alain à Sonny Rollins



Par Alain Daigneault

J’édite présentement mon film qui, une fois terminée, aura une durée de 90 minutes. Mon film a été tourné durant la nuit. Le documentaire est un éditorial sur moi-même, c’est un commentaire sur les commentaires que je ferais à mon sujet. Fatigué du monde, j’ai dirigé ma caméra sur moi-même. À l’âge de 28 ans, j’ai voulu partager mes réflexions les plus intimes. Le film, le récit se veut sincère, honnête; je suis à la recherche de l’authenticité dans une société malade d’artifice.

Le film (Ethnoscape globaux) dénonce la tendance de l’artiste à s’empêcher de s’exprimer, et montre des techniques médiatiques pour contrecarrer cela.

Je commence à penser qu’on n’a pas à être malade pour s’exprimer, pour se révéler en tant qu’artiste ou en tant que cinéaste émergeant. D’après moi, être en santé, c’est s’accepter et accepter ses imperfections dans la noirceur ou dans les moments troubles, et aussi être capable de les admettre ou de se montrer sous son vrai jour. Je me suis donc filmé en train de regarder certaines séquences de mon film. À la base, éditer mon film, c’est publier mon histoire. J’ai l’intension de le présenter au festival de film ethnologique de Montréal ou de l’exporter dans un autre pays. En soumettant mon film à un tel festival, je pense pouvoir être un sujet pour étudier que quel bois l’«homo québécus» se chauffe. Le 13 février 2010, Le Devoir.com mentionnait que «l’identité québécoise a subi de profondes mutations».

Dans le cadre rectangulaire, propre au cinéma, nous voyons des fenêtres du film dans un autre écran. Cela s’appelle une mise en abîme. L’encyclopédie populaire Wikipédia nous dit que «Ce procédé permet de créer du trouble dans la convention narrative. Le procédé permet de donner le tournis (le vertige) au lecteur ou à l’auditeur qui rapidement ne sait plus qui parle (...)».

Par ailleurs, je veux graver mon propre disque. Le travail de l’éditorialiste consiste aussi à inscrire les nouvelles sur un support. En quelque sorte, il «grave» les nouvelles pour éviter que celles-ci ne se renversent ( i.e. qu’ils dépassent les conventions admissibles) et s’articulent au-delà de ce que le lecteur est capable de supporter ou de penser.

Mon masque et moi !

En novembre dernier, treize personnes du Centre Wellington, intégrées au programme Paas-Action dont Michel Ouellet est l’enseignant responsable du CREP, ont participé à un atelier de fabrication de masque. Cette démarche s’est échelonnée sur trois rencontres et était animée par Sylvie Sauriol, psychoéducatrice au CREP. Ces ateliers avaient pour but de favoriser l’expression de soi des participants, par la réalisation d’un masque. Également, la tenue de ces ateliers visait le développement d’un sentiment de connaissance, de confiance et d’estime de soi auprès de ces personnes en démarche de recherche d’emploi. Ces ateliers furent un succès en raison de l’ implication fort positive et de l’intérêt démontrés par les participants. D’ailleurs, vous aurez bientôt l’occasion de pouvoir admirer ses œuvres car elles décoreront
les murs du Centre Wellington. Bravo à toutes et tous!

Sylvie Sauriol

Les gagnants du concours sont ...

Enfin, il me fait plaisir d’annoncer que les 2 gagnants du concours :«J’AI BESOIN DE VOTRE OPINIONS, QU’EN PENSEZ-VOUS?» sont Nathalie Séguin et Alain Daigneault.

Vous pouvez lire leurs réponses aux textes dans le numéro de novembre du Wellington Sun. Il et elle se méritent tous deux un certificat cadeau du Café L’expertise.

Je félicite chaleureusement les gagnants et remercie sincèrement Madame Hazel Moulton pour sa collaboration quant aux prix de participation

La Chronique de Christian

(Pour la dernière fois) J’ai besoin de votre opinion, qu’en pensez-vous ?

par Christian Ducasse

Pour une dernière fois, je reviens sur le texte : Être bien à sa manière. En premier lieu, je vous présenterai la réponse à ce texte de monsieur Dominic Mailhot, stagiaire auprès de Frances Skerritt. Puis nous vous présenterons les 2 gagnants du concours : J’ai besoin de votre opinion, qu’en pensez-vous? Rappelons qu’au mois de septembre et au mois d’octobre, j’ai sollicité votre opinion quant au texte suivant.

Le texte qui suit est de Werner Ehrard et est rapporté par Michel Trudeau dans le livre : « Pour en finir avec les Psy. », des éditions Boréal et publié en 1995. En voici la reproduction textuelle :
Être bien à sa manière
Si vous pouviez vraiment accepter que vous
n’alliez pas bien, vous pourriez arrêter
de prouver que vous allez bien. Si vous
pouviez arrêter de prouver que vous alliez
bien, vous pourriez comprendre que ce n’est pas grave de ne pas aller bien. Si vous
pouviez comprendre que ce n’était pas grave
de ne pas aller bien, vous pourriez
comprendre que vous alliez bien à
votre manière. Ça va, pigé ?

Voici la réponse (très intéressante) que Dominic Mailhot m’a fait parvenir :

« Je crois que le texte est mal traduit de l’anglais au français. Selon ce que je crois, la version anglaise est claire et celle en français présente des phrases dont la formulation est illogique. C’est ce dont je te parlais et je veux m’expliquer. Les quelques phrases de l’extrait sont syntaxiquement plutôt identique, donc un exemple vaudra pour les autres. La première phrase:

[ Si vous pouviez vraiment accepter que vous n’alliez pas bien, vous pourriez arrêter de prouver que vous allez bien. ]

Je ne me sens pas en accord avec cette idée, car la phrase dit textuellement que le fait que vous sentiez que vous devez prouver que vous allez bien dépend exclusivement du fait que vous n’acceptez pas vraiment que vous n’allez pas bien. Cela n’est pas entièrement faux, sauf que le fait que votre impression que vous devez prouver que vous allez bien tient à des dispositions qui vous sont propres et qui relèvent d’un vécu individuel, d’expériences personnels, d’habitudes mentales, de réactions émotives qui sont fondées sur votre capacité, à un moment donné de votre vie, de créer une distance par rapport à ces dispositions psychiques, intérieures, émotives, pour ainsi contrôler ce qui vous perturbe et vous empêche de vous conduire et de vivre tel que vous le voudriez.
Par ailleurs, la maîtrise que vous recherchez est une maîtrise «de soi». Le fait que vous vous sentiez libre et content d’être tel que vous êtes, passe, comme vous le dites, par la capacité de vous acceptez, dans vos forces et vos faiblesses actuelles, dans votre cheminement, vos aspirations, ce que vous aimez, ce que vous choisissez pour vous et pour votre conduite, indépendamment du monde, mais aussi avec le monde, puisque vous demeurez, qui que vous soyez et quelle que soit votre handicap, vos oeillères ou vos croyances d’aujourd’hui, un être humain.

Très bien dit, très bien exprimé, très bien écrit, Merci à Dominic, Christian Ducasse. »

Puis, un commentaire plus récent de Nathalie : «Quand on accepte son état, son diagnostic, on n’a pas envie de se cacher. On ne joue pas à l’autruche. C’est en apprenant à se connaître, qu’on apprend sur les autres et que les portes s’ouvrent.

Je me répète, mais très bien dit, très bien exprimé, très bien écrit, Merci Nathalie».

Le café Citoyen de la Petite Bourgogne.

Vous conaissez Bertrand Étienne Poupart? Il travaille maintenant au café Citoyen de la Petite Bourgogne. Il travaille les vendredis de 11h à 14h ainsi que les samedis de 11h à 14h cela pour le marché Citoyen de la Petite Bourgogne. Un bon repas complet vous est offert autour de 10$. Pour saluer Bertrand Poupart, rendez-vous au 1845 Saint-Jacques au coin des Seigneurs. Pour toute informations, (514) 931-8830, poste 240 (Bureau admistratif au Garde-manger pour tous.)

Alain Tout feu tout flamme !

Le 9 novembre dernier, nous sortions de nos locaux pour un exercice de feu. Les simulations d’évacuation en cas d’incendie sont rassembleuses. C’est l’occasion de voir les personnes des autres services. Ça nous sort de notre espace confortable et nous ramène avec la réalité des autres. Nous ne faisons pas cet exercice à la maison mais nous avons besoin de changer les piles du détecteur de fumée une fois l’an. Chez moi, j’ai l’occasion de le tester quasiment chaque fois que je fais de la pizza ou que le grille-pain fait des siennes..!

WELLBOUFFE!

Nouveau groupe de cuisine collective à Verdun

Nicolas Bouchard, Réseau d’Entraide Verdun

C’est dans la joie que s’est formé
WELLBOUFFE!, un nouveau groupe
de cuisine collective à Verdun le
2 novembre dernier. Des membres du Centre Wellington, appuyés par une équipe d’animation du Réseau d’Entraide de Verdun, se sont réunis dans la cuisine du 4932 Wellington pour une première séance de cuisine ensemble.

Deux recettes ont été préparées, un sauté de poulet thaï et un pudding au pain aux fraises. Les résultats ont été tout à fait délicieux : un peu épicé par ici, un peu sucré par là, des fruits, des légumes, du pain et de la viande…tous rassemblés pour exceller. En parlant de rassemblement : l’ensemble des participants se sont mis en action pour compléter la tâche en un peu moins de deux heures! En cuisinant, les conversations étaient diverses ; évidemment nous avons parlé de la pluie et du beau temps (c’est normal quand il fait 12° et gros soleil en novembre, non?), mais ça discutait aussi de musique, de hockey, de politique, de nos souvenirs du passé et de nos espoirs pour le futur.

La bouffe est de plus en plus d’actualité. Cette semaine, on pouvait lire dans la Presse Canadienne qu’au Canada près de 900 000 personnes par mois devaient avoir recours aux banques alimentaires1. Nous savons également qu’à Verdun, plus de 20 000 personnes vivent sous le seuil de la pauvreté2 et que dans l’ensemble de Montréal c’est 43% des salariés qui sont dans la même situation3. Devant cette réalité scandaleuse, ce n’est pas le temps de baisser les bras. Au contraire il faut trouver des moyens pour mieux manger, mieux se loger, mieux vivre…D’ailleurs, il y avait consensus parmi la gang de WELLBOUFFE!: la cuisine collective est une activité de choix pour contrecarrer l’isolement et la pauvreté.

WELLBOUFFE! est donc en marche pour se rencontrer deux fois par mois pour répéter l’expérience. À cela s’ajoutent des rendez-vous au Réseau d’Entraide de Verdun pour préparer des repas communautaires qui servent à nourrir plus de 200 personnes. Ce n’est pas de la petite betterave ça les ami.e.s! Notre session d’automne se terminera le 15 décembre avec un festin du temps des fêtes au Centre Wellington pour célébrer le travail accompli. Tous et toutes sont bienvenues… Ce n’est qu’un début, continuons les repas!
Sources :

1. Presse Canadienne, mardi 1 novembre 2011, tiré des donnés relevées par Banque alimentaires Canada
2. Recensement. Statistiques Canada. 2006.
3. Table de concertation sur la faim et le développement social du Montréal métropolitain.

Tuesday, November 1, 2011

Les Impatients de novembre 2011

Lovina Thomas

Loic Trudel

Daniel Joanisse


Carol Buisson

La Mer

Par Nathalie Séguin


De plages en rivages

L’eau marine et salinée

Sont comme les sueurs

Que nous donne un été ensoleillé

Traversant d’effluents à grandes marées

Parfois orageuses ou accalmées

Elles ne cessent de nous étonner

Capables même de nous tuer

J’en viens à me demander

Pourquoi l’eau est si essentielle

À nos vies si fragiles

Même nous pauvres humains ne pouvons

Prédire sa colère sans merci

La vie intrinsèque de ces profondeurs

Pîque notre curiosité

Tout comme ce besoin d’être réconforté

Saurons-nous passer maître de l’aborder

De l’est à l’ouest, du nord au sud

J’ai besoin de me sentir enveloppé

De caresses en tendresses

Comme cette eau sur mes pieds

Et ce soleil sur mon corps

J’aime cette chaleur

Que le temps m’a donné

ManMan Tambou Love

Par Jancy Bolté

C’est Vodou

En bas falaise là

Map tandé son tanbou a

Pa nin pote ki tambou

Min ManMan tambou a

En bas , j’entends le son du tambour qui gémit

Il est quatre heures du matin

Et depuis le soleil couchant

Jusqu’au levant

Enfin à l’aube du jour

Il n’a cessé de jouer

En douceur il caresse la peau de son tambour

Son index l’imprègne d’une complexe glissade

Elle est lové contre moi

Elle ne dort pas

Sa respiration se fait courte

Elle écoute

Il s’arrête

Il écoute

Flaire tel un chien aux aguets

Il recommence à flatter

Doucement Manman tambou

Rythme sa respiration

Il ne lâche pas d’un seul respire

Sa respiration devient plus saccadée, ambiguë

Je n’y peux rien

Elle non plus

Peut-être que lui non plus

Elle se blottit

Frotte son pied contre ma jambe

Telle une mère rassure son enfant

Le soleil se lèvera bientôt

La rosée onde de l’aube

Pénètrera la pièce

Mes pieds se décrispent sous sa jambe

Ce triangle amoureux

Dans l’espace

D’une nuit sans fin

Qui se meurt

Il ne joue plus

Le Soleil se lève

Muse fixe, éternelle

Cuisine collective 2011

Nicola, employé au Réseau d’entraide Verdun a annoncé comme suit les dates des prochaines cuisines collective :

Entre 13h et 15h les 2 derniers jeudi du mois au Réseau entraide Verdun (4400 boul. Lasalle) au coût de 3 dollars incluant un dépannage alimentaire.

Entre 13h et 15h les 2 premiers jeudi du mois au Centre Wellington au coût de 2$.

Il a mentionné que l’événement se fait dans la dignité et l’ambiance festive de la coopération.

La participation au rétablissement

Par François Guay

Se lever le matin et prendre avantage à la vie requiert du tempérament. Parfois, faire les choses par conditionnement ne suffit plus pour vivre un épanouissement. Faire le travail offert sans passion révèle que le temps est venu pour entamer un nouveau projet. La soif de vivre peut venir à s’éteindre, si nous ne nous contentons pas de la partie qui rend heureux. Faire fi des regrets nous garde sur les rails et trouver une appartenance dans nos actions est des plus stimulant. Le rôle doit être choisi et la liberté de choix, elle, est trop souvent limitée par la crainte de la faisabilité aux projets espérés. Par-contre, c’est du domaine de l’équilibre de connaître nos forces et de les appliquer aux bons endroits. Ainsi, nous trouvons l’appartenance entre ce qui est de notre cadre et des possibilités qu’offre la vie en société. Faire un bilan de nos acquis offre un arrêt au conditionnement. Cela donne un temps pour réévaluer la direction que l’on veut prendre dans la vie et indique, après réflexions, nos capacités pour prendre un engagement réfléchi.

Une nouvelle orientation peut nécessiter de l’aide. Il n’y a aucun mal à se confier entre les mains d’un professionnel. Que se soit pour un suivi psychologique où d’une orientation professionnelle, l’important est de ne pas rester isolé dans la crainte d’un avenir infructueux. L’entourage peut être un bon soutien également. Parfois il y a des éléments du passé qui nous limite à faire confiance à nouveau. Mais dans ces moments, il est bon de garder en tête que notre développement s’est fait par le contact auprès des gens. Le fait d’avoir vécu des difficultées ne devrait pas nous clouer au sol. Mais nous avons tous nos limites. Il faut un temps pour se permettre de choisir quelle direction nous voulons prendre. Un temps pour accepter des changements dans notre vie, qui ont été causés par des problèmes de santé ou par des relations qui ont pris fin.

Puis la vie resurgit. Nos capacités à aller de l’avant sont renforcées de cette expérience d’un moment sombre. De nouvelles relations et de nouveaux choix ont pu se faire pour créer une appartenance insoupçonnée. Une identification à l’être remplace celle des titres passés. Ce n’est plus la maladie qui dit qui on est, mais l’être qui a ses réflexions. Les forces comme les faiblesses n’ont pas réellement changées, c’est juste un nuage gris qui a passé. Le bilan de vie est peut-être fait avec soutien mais de nouveaux outils pour parfaire les acquis viennent consolider nos fondations. À ce titre, une meilleure connaissance de soi en résulte et une perception plus large des éléments de la vie, accroissent notre capacité à faire des choix éclairés.

Bd de Alain Daigneault

Informatique pour débutant

PAAS Action

Tout ceux qui aimeraient apprendre les bases de l'informatique, veuillez contacter Chantal au (514) 768-2668 poste 316 ou au local 306.

Merci

Qu’est-ce que l’ESPAC ?

Un groupe d’usagers vivant des problèmes de santé mentale qui s’impliquent dans leur communauté, ici à Verdun : c’est l’ESPAC (Espace de parole et d’action citoyenne en santé mentale du Sud-Ouest de Montréal-Verdun).

Vous trouverez le texte explicatif du groupe ESPAC plus bas. Si vous avez du temps à nous donner, nous aimerions utiliser vos talents. Christian Ducasse au nom de Catherine St-Germain au (514) 766-0546, poste 2383.

Réponses à l’article de Christian

Nathalie Séguin :

Pourquoi se poser des questions inutiles?

On vas-tu arrêter de chercher des bobos, où c’qu’y en n’a pas.

Je réagis comme suit à la citation de Werner Ehrard :

Quand on se connaît assez et qu’on s’apprécie, on a beaucoup moins d’appréhension face à la vie. Chaque instant de vie mérite d’être vécu, il y a assez que quand ça va mal on souhaite que ça aille bien. C’est en se comprenant qu’on comprend mieux les autres. J’aime mieux prendre la vie comme elle vient que de courir après la vie.

Alain Daigneault :

Je suis d’accord. Ce texte est en accord avec certaines personnes qui croient que les psychologues nuisent à l’obéissance parce que tu peux excuser tes péchés en te mettant en accord avec le psy.

I agree. This text is consistent with some people that believe that psychologists interfere with obedience because you can excuse your sins by being in agreement with the therapist.

Le concours se poursuit

Nous avons décidé de prolonger le concours afin que tous puissent donner leur opinion.

J’AI BESOIN DE VOTRE OPINIONS, QU’EN PENSEZ-VOUS?

Par Christian Ducasse

Le texte qui suit est de Werner Ehrard et est rapporté par Michel Trudeau dans le livre : « Pour en finir avec les Psy. », des éditions Boréal et publié en 1995. En voici la reproduction textuelle :

Être bien à sa manière

« Si vous pouviez vraiment accepter que vous n’alliez pas bien, vous pourriez arrêter de prouver que vous allez bien. Si vous pouviez arrêter de prouver que vous alliez bien, vous pourriez comprendre que ce n’est pas grave de ne pas aller bien. Si vous pouviez comprendre que ce n’était pas grave de ne pas aller bien, vous pourriez comprendre que vous alliez bien à votre manière. Ça va, pigé ? »

J’aime la manière de penser de Werner Ehrard et je suis d’accord avec lui. Il semble que j’étais et que je suis plus OK que je ne le pensais. Vous voyez ce que je veux dire….alors le ballon est maintenant entre mes mains….mais qu’en pensez-vous ? Vous avez une opinion ? Vous n’en pensez rien…alors envoyer vos commentaire à mon adresse courriel à : Christian.Ducasse@gmail.com ou me laisser un mot, un commentaire écrit à la main et mis dans une enveloppe adressé à mon nom au centre des ressources. Les gens qui le souhaitent (usagers comme personnels) verront leurs réponses à ce texte publiées dans le Wellington Sun. Un intéressant prix de participation sera tiré au hasard parmi les répondants. Allez à vos crayons…Christian Ducasse.

The Contest continue

We decided to extend the contest so all may have a chance to give their comments.

I NEED YOUR OPINIONS, WHAT DE YOU THINK ABOUT IT ?

by Christian Ducasse

A Quote from Werner Erhard on Being OK

“If you could really accept that you weren’t ok, you could stop proving you were ok. If you could stop proving that you were ok you could get that it was ok not to be ok. If you could get that it was ok not to be ok you could get that you were ok the way you are. You’re ok, get it?”

From “: www.wernererhad.info/blogs.html First Section : werner erhard, work and ideas in Second Section : Impact “

I like the thinking of Werner Ernard and i agree with him., It’s seem i was and i am more OK than i thought, you know what i mean. Now, i have the ball and i can do something with that. But what do you think ? You have a comment ? You have no comment ? So i need your idea and if you want, i wish to put your commentary in the Wellington Sun. For that, please send me your writing at christian.ducasse@gmail.com . Otherwise, put your message in a envelope at my name addressed to the ressource center. An interesting price will be picked among all the participants (personnel and service users). Go, go, go at your pencil....

Échéancier

Réception des textes

Le jeudi 13 octobre 2011
Le jeudi 10 novembre
Le jeudi 8 décembre
Le jeudi 12 janvier 2012
Le jeudi 9 février
Le jeudi 8 mars
Le jeudi 12 avril
Le jeudi 10 mai
Le jeudi 7 juin

Prochaines rencontres comité de lecture

Le jeudi 20 octobre 2011
Le jeudi 17 novembre
Le jeudi 15 décembre
Le jeudi 19 janvier 2012
Le jeudi 16 février
Le jeudi 15 mars
Le jeudi 19 avril
Le jeudi 17 mai
Le jeudi 14 juin



Dates de publications

Le jeudi 27 octobre 2011
Le jeudi 24 novembre
Le jeudi 22 décembre
Le jeudi 26 janvier 2012
Le jeudi 23 février
Le jeudi 22 mars
Le jeudi 26 avril
Le jeudi 24 mai
Le jeudi 21 juin


Dates de distribution

Le vendredi 28 octobre 2011
Le vendredi 25 novembre
Le vendredi 23 décembre
Le vendredi 27 janvier 2012
Le vendredi 24 février
Le vendredi 23 mars
Le vendredi 27 avril
Le vendredi 25 mai
Le vendredi 22 juin

Comité journal

Voici la liste des membres du comité journal : Nicole Gay, Nathalie Séguin, Simone Brissette, Alain Daigneault, Michel Ouellet
et Christian Ducasse.

Voici les collaborateurs réguliers: Jancy Bolté, François Guay,
Nathalie Séguin et Christian
Ducasse.

Tous sont bienvenus à participer au Comité Journal.

Veuillez prendre note du calendrier pour la réception des textes lorsque vous aurez l’intention de nous écrire.

Éditorial

Par Alain Daigneault

Je crois qu’être éditeur nécessite une certaine introspection pour songer à ce qu’on communique comme message et faire face à la critique (car ce que nous même nous critiquons, c’est ce qui nous reviendra en pleine face). Imaginez que chaque mots que nous empruntons a des conséquences. Cependant, le plus important, c’est d’avoir des références dans le message que l’on porte, que ce que l’on dit ne vienne pas seulement de nous. Par contre, être poète est totalement différent. On peut écrire ou dire quasiment n’importe quoi. Mais attention à ne pas s’enfermer dans une seule conception du monde.

Dans Les Douzes Travaux d’Astérix, le héros était sur le point de devenir fou parce qu’il devait trouver une façon d’obtenir le laisser-passer A-38 alors que toute la maison qui rend fou était composée de citoyens ayant abandonné le projet de s’en sortir. Dès qu’il n’y a plus d’espoir, la folie prend le dessus. Être sain d’esprit et poète est donc un défi. Pour être lucide, le poète se doit de faire un examen de conscience. Vivre l’interruption de ses pensées afin de prendre connaissance de la réalité.

Voici ce que j’écrirais à mes amis Facebook :

Bonjour! Puisque j’aime ramener ma vie privée
au travail et travailler à la maison, voici ce que
je veux écrire dans le journal à mon travail :

Ce à quoi j’aspire, c’est de
retrouver une liberté radicale :
avoir une mémoire heureuse.

J’ai écrit cela sous l’inspiration d’un texte à propos
du pardon.

Ce que je veux prouver, c’est qu’il est très important de filtrer son message en fonction du récepteur ou du public visé.

Thursday, October 6, 2011

J’AI BESOIN DE VOTRE OPINIONS, QU’EN PENSEZ-VOUS?

Par Christian Ducasse

Le texte qui suit est de Werner Ehrard et est rapporté par Michel Trudeau dans le livre : « Pour en finir avec les Psy. », des éditions Boréal et publié en 1995. En voici la reproduction textuelle :

Être bien à sa manière

« Si vous pouviez vraiment accepter que vous n’alliez pas bien, vous pourriez arrêter de prouver que vous allez bien. Si vous pouviez arrêter de prouver que vous alliez bien, vous pourriez comprendre que ce n’est pas grave de ne pas aller bien. Si vous pouviez comprendre que ce n’était pas grave de ne pas aller bien, vous pourriez comprendre que vous alliez bien à votre manière. Ça va, pigé ? »

J’aime la manière de penser de Werner Ehrard. Il semble que j’étais et que je suis plus OK que je ne le pensais. Vous voyez ce que je veux dire….alors le ballon est maintenant entre mes mains….mais qu’en pensez-vous ? Vous avez un opinion ? Vous n’en pensez rien…alors envoyer vos commentaires à mon adresse courriel à : Christian.Ducasse@gmail.com ou me laisser un mot, écrit à la main et mis dans une enveloppe à mon attention au centre des ressources. Les gens qui le souhaitent verront leurs commentaires publiées dans le Wellington Sun. Un prix de participation sera tiré au hasard parmi les répondants. Allez à vos crayons…

I need your opinions. What do you think?

By Christian Ducasse

The following text is by Werner Ehrard and is included in Michel Trudeau’s book « Pour en finir avec the Psy», published by Boreal in 1995. Here is a printout of the text:

« If you could really accept that you are not well, then you could stop proving you are well. If you were able to stop proving that you are well, you could understand that it is not too serious to feel unwell. If you could comprehend that feeling sick is not that serious, you could come to the conclusion that you are as well as possible, given your condition in life. Do you get it? »

I like Werner Erhard’s way of thinking and I agree with him.It seems that I was and am more well than I thought. Do you see what i mean?...so the ball is now in my court...what is your opinion? Do you have one? You haven’t thought it over....so send me your comments to my email address at Christian.Ducasse@gmail.com or leave a written message placed in an enveloppe addressed to me at the ressource centre. If they so desire, users and personnel will see their responses published in the Wellington Sun. An attractive door prize will be drawn from among the respondents. Start writing!....Christian Ducasse.

Giving one’s utmost

By Alain Daigneault
Translation : Valérie Fauteux

It pays to do your best and give everything you’ve got in all areas of life.

The fewer decisions you have to make, the more profitable it is.

A root’s depth determines how much effort it takes to uproot it. What I mean is: just as a root grows in the soil, to be productive, decisions must be well thought out, made in a short time, and firm. The soul represents the recipient, thus the maximum depth available to the root as it beginst to grow. Above the earth, the height of the trunk is a proof of the soul’s loftiness.

In a sport, the trunk’s height can represent the summit of intense physical activity. This is what I experienced last friday on the soccer field. The athletic performance needed to reach a winning perfomance level for my team, gave me confidence needed to pursue my goals.

La satisfaction de se défoncer

Par Alain Daigneault

Faire son gros possible et foncer dans chaque situation paye. Mais encore faut-il vouloir faire quelque chose de payant ou mieux encore, de valorisant, d’édifiant. Pour ce faire, cela requiert de l’énergie, ou une certaine élévation pour passer par dessus certains obstacles de la vie. C’est ce que j’appelle le coût de la vie : l’effort de l’élévation. Dans certaines tradition, ceci est atteint par le jeûne et la prière. Dans un sport, l’élévation peut représenter le sommet d’une intensité physique. C’est ce que j’ai ressenti en pleine action sur le terrain de soccer. La performance athlétique requise pour avoir atteint le niveau de succès que j’ai eu dans l’équipe m’a donné la confiance de poursuivre mes objectifs de vie.

Tera ter urban markets

from: https://www.facebook.com/Tera.ter

‘‘ All about us:

We are an organization fighting for food security in South-West Montreal

Company profile:

We are a new non-profit organization, working to improve access to reasonably-priced fruits and vegetables grown in Quebec. Our target clientele are under-served and disadvantaged neighborhoods. In addition, we promote, healthy eating and buying local. To achieve our goals, we have set up community markets in different areas of seasonal.....view more.

General information:

Here is the 2011 season schedule:

Thursday*
Metro Verdun
13:00 to 19:30
July 7 to October 6

Market Yamaska
14:00 to 19:00
July 7 to October 6

Marche ville-marie
14:00 to 19:30
July 8 to October 7

Saturday*
St. Paul Market
9:00 to 15:00
July 9 to October 8

Marche Frontenac
10:00 to 16:00
July 9 to October 8

Sunday*
Marche Georges-etienne Cartier
July 10 to October 9

Metro Verdun
10:00 to 16:00
July 10 to October 15


Mission:

Increase access—in terms of supply, cost and proximity—to healthy foods in under-served and disadvanted areas.

Products

We recommend the purchase of food grown in Quebec and a short circuit of marketing. Then we complete this offering with food grown in as close range as possible to our sites, depending on the variety and time of year. In addition, our markets are selected based on their experience with customer service in order to ensure good service to citizens.

Feel free to enjoy their culinary creativity!

Email: terater.coordo@gmail.com’’

Les comptoirs urbains Tera ter

Source : https://www.facebook.com/Tera.ter

« À propos
Organisme luttant pour la sécurité alimentaire dans le Sud-Ouest montréalais
Description de l’entreprise
Nous sommes un organisme à but non lucratif et récemment constitué qui oeuvre à améliorer l’accès géographique et économique des fruits et légumes dans les quartiers mal desservis ou défavorisés. De plus, nous faisons la promotion de la saine alimentation et de l’achat local.

Pour atteindre nos objectifs, nous avons mis sur pied des marchés communautaires saisonniers dans différents quartiers du Sud-Ouest de Montréal (Verdun, Côte-Saint-Paul, Saint-Henri, Notre-Dame-de-Grâce, Peter-Mcgill). Nous avons construit une chaîne d’approvisionnement en circuit court soit un contact direct avec les producteurs nous permettant d’avoir de meilleurs prix et de savoir ce que nous avons dans nos assiettes.

Cette année, nous travaillons à viabiliser ces initiatives dans l’optique de maintenir à long terme l’offre d’aliments santé dans les quartiers mal desservis.
Informations générales
Voici l’horaire de la saison 2011 :

Jeudi*

Métro Verdun
13h à 19h30
7 juillet au 6 octobre

Marché Yamaska
14h à 19h
7 juillet au 6 octobre

Vendredi*
Marché Ville-Marie
14h à 19h30
8 juillet au 7 octobre

Samedi*

Marché Saint-Paul
9h à 15h
9 juillet au 8 octobre

Marché Frontenac
10h à 16h
9 juillet au 8 octobre

Dimanche*

Parc Georges-Étienne Cartier
9h à 15h
10 juillet au 9 octobre

Métro Verdun
10h à 16h
10 juillet au 9 octobre

Vous pouvez trouver un visuel des emplacements via ce lien :

http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF&msa=0&msid=209315692720222810033.0004a3a23cc8494bae5da

Mission
Augmenter l’accès - en termes d’offre, de coût et de proximité - à des aliments santé dans des secteurs mal desservis et qui sont, par le fait même, souvent défavorisés.

Produits
Nous préconisons l’achat d’aliments cultivés au Québec ainsi qu’un circuit court de commercialisation. Nous complétons ensuite cette offre avec des aliments cultivés dans le rayon le plus près possible en fonction de la variété et de la période de l’année. De plus, nos agents de marché ont été choisis en fonction de leurs expériences en service à la clientèle afin de s’assurer d’offrir un bon service aux citoyens. N’hésitez pas à profiter de leur créativité culinaire !

Courriel
terater.coordo@gmail.com »

A well deserved word of thanks!

I have at heart not only the smooth functioning of the Wellington Center and acknowledging the personal investment of the staff but also the people who occupy the positions by means of Emploi-Quebec and those who volunteer.

I must say what a pleasure it is seeing so many at the center give generously of themselves to the Wellington Center and I would like to acknowledge their contributions:

Since June, the boutique has been open every thursday, friday and saturday. The following people have worked at one time or another in the boutique: Paul Colford, Simone Brissette, Alain Daigneault, Germaine Thibert, Jean Laroux, Ellen Glendenning, François Guay, Christian Ducasse, Valérie Lamirande et Monelle Blouin also underlined are the volunteers who have given one day each: Marie Parée, Jean-Denis Proulx, Suzanne Martineau and Léon Lupien des Impatients and Gregory Rodd. The following folks have also donated their precious days off: Barry Crago, Patricia Kaouk, Nicole Andrée Gay. Valérie Lamirande who is also supportive and referred Monelle Blouin, a calm and positive volunteer to us.

At the reception desk, Paul Colford, Sylvain Descostes, Stéphane Orsini, Simone Brissette, Alain Daigneault, Christian Ducasse et Nicole Andrée Gay who fill in by taking calls and greeting the visitors.

Finally we also benefit because of the work in the cafeteria:

We must mention the contribution of Carol Gregory who for 3 weeks this summer has energetically worked at the cash, always friendly and polite, Melina Romano, Suzette Andrews, Clifford Nichols and Liliane Hamel who have worked as support staff for Hazel.

Thanks to the ladies and gentlemen who work the boutique, the reception desk, communication services, typing and creative writing, the cafeteria plus the well run resource center which offers its services to all those who access the Wellington Center.

Bravo for all your remarkable participation and service!

At last, with respect and infinite thanks,
Sincerely to you all,

Nicole Andrée Gay, Counselor for work adaptation Program PAAS ACTION chief

Quand la culpabilité laisse place à la confiance

Par François Guay

Un grand fourbi de mots pour exprimer une chose si simple, mais des peurs, infligées du passé, ne nous laissent l’exprimer. Une volée de paroles pour se sécuriser, pour être une bonne personne, pour ne pas revivre les fois où l’on a eu à dire ce que l’autorité voulait entendre. Cet autorité rempli d’orgueil qui est fermé à la nouveauté et au droit d’autrui de penser ou de faire ce que bon lui semble. Un autorité qui découle de l’arbre des générations, où trop souvent il y eut que contrôle et soumission.


Il peut être parfois difficile de se faire valoir. Pour moi, je me garde la réserve de laisser passer les dires de quelqu’un qui a besoin d’être en position de contrôle, en gardant en mon esprit que je mérite tout l’espace de mes pensées. Alors les justifications ne sont plus nécessaires car je choisi avec qui je peux m’ouvrir. Ainsi je m’offre la voie de la liberté offerte à mes propres pensées.


Avec d’autres types de personnes, il est facile de se dire des vérités car l’assurance que les valeurs de l’humain ont toutes leurs places, leur est acquis. La simplicité de ceux-ci partage un cœur curieux, un cœur d’enfant. Ces mêmes personnes n’ont plus à vivre un tourbillon d’émotions face aux gens autoritaires. Ils vivent selon leur propre système de valeurs et ont une bonne estime de soi. L’atmosphère produit par ces gens est d’un véritable confort. L’on est léger et invité au partage. Les commentaires adviennent lorsque l’on pose des questions. La discrétion est une coutume qui respecte les jardins secrets. De plus, l’autonomie est perçu (accueillie)et les conseils nous ramènent à suivre notre propre voie.

Cet automne, le monde prend toutes les formes aux Impatients avec trois expositions.


Montréal, le 10 août 2011 – Vous verrez le monde sous toutes ses formes cet automne aux Impatients avec la tenue de trois expositions.Leur qualité et leur originalité est a respecter.

En septembre, nous aurons deux expositions simultanées, du 13 septembre au 23 octobre 2011. Je vous offre une marguerite à l’encre, et je vous dis à la prochaine! Pierre Ostiguy (1949-2009) présentera le travail de ce créateur aux œuvres bouleversantes et aux textes empreints d’une réflexion sur l’art, l’itinérance, le destin. Pour sa part, 3D(sculpteurs) se dévoilera sur des thèmes tels que; des bestioles, des rebuts, des collages. Il effectue son travail grâce à la collaboration des Impatients, et à la gratuité d éléments de récuperation. En novembre, Géométries Patientes et Molles, du 1er novembre au 16 décembre 2011, mettra en parallèle des œuvres de la collection des Impatients et des œuvres d’artistes contemporains sur l’exploration des formes géométriques. Ces trois événements auront lieu à la galerie des Impatients, 100, rue Sherbrooke Est, 4e étage.

Je vous offre une marguerite à l’encre, et je vous dis à la prochaine! Pierre Ostiguy (1949-2009) vous fait découvrir cet artiste original à travers le regard de Sandra Villeneuve, son intervenante dans l’équipe dédiée aux personnes atteintes de maladie psychotique sévère du Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska, et de Mathilde Delorme, une adolescente de 5e secondaire fascinée par les œuvres marquantes qu’il a laissées. En s’associant à cet événement, Les Impatients souhaitent souligner le lien privilégié qu’ils ont eu avec ce peintre qui s’est avéré aussi être un épistolaire prolifique. En effet, de 2007 à 2009, il a adressé aux Impatients plus de 400 lettres. Une sélection de ces textes sera présentée au public.

3D : Des bestioles Des rebuts Des collages présente des œuvres ludiques et amusantes sorties tout droit de l’imaginaire des participants aux ateliers des Trois sapins. Lorsque la sculpture rencontre la peinture, on invente des personnages, des animaux et des paysages colorés en trois dimensions. Cette exposition de sculptures regroupera des bas-reliefs, fait de cartons bruns et de rebuts divers, ainsi que des rondes-bosses en papier mâché.

Géométries Patientes et Molles, une carte blanche offerte au commissaire Eric Mattson, vous mettra des formes plein la vue. Les œuvres présentées révéleront une interprétation du monde sous l’angle de la géométrie ou, doit-on dire, des géométries. La répétition, tant des formes (reproduction à l’infini du même motif) que du geste (quadrillage, remplissage à outrance), est ici à l’honneur. Elle côtoie néanmoins des géométries plus singulières, des architectures inusitées qui nous invitent à visiter les imaginaires organisés de leur créateur et à partager leur vision pas nécessairement euclidienne du monde auquel ils participent.

Ces trois expositions, en mettant de l’avant les projets initiés dans les ateliers, la collection des Impatients et ses collaborateurs, sont un préambule de choix aux festivités du 20e anniversaire des Impatients qui se tiendront tout au long de 2012. Fondé en 1992, Les Impatients est un organisme à but non lucratif dont la mission est d’aider les personnes atteintes de maladie mentale en leur offrant des ateliers d’expression artistique.

Source : Patricia Landry, Chargée de communication / 514 842-1043, patricia.landry@impatients.ca

www.impatients.ca
Je n’avais su te dire

Par François Guay

J’avais des craintes, la peur de déplaire car mes attentes étaient trop grandes. Je voulais te dire avec les meilleurs mots qui soient, des mots qui ne te blesseraient pas, qui ne créeraient pas de disputes. Au fond, mes sentiments, malgré toutes les fois que j’ai voulu les dire, n’ont pas trouvés preneur. Cela m’a enfermé dans un monde où il n’est pas possible de faire savoir ce qui vit en moi.

C’est maintenant que j’apprends, que je prends de l’expérience, que je parle de moi sans mettre le tort sur qui que ce soit, de ne rien attendre, mais de voir que les bonnes intentions ne nourrissent pas la colère. Cela me donne confiance, me donne du courage, du courage pour faire connaître mon point de vue. Du courage pour partager et mettre au grand jours ce que je crois être le bien-être.

Peut-être un jour serons-nous guéris des ces blessures venant de l’éducation des générations passées; de ce mal qui veut détenir la vérité et avoir raison sur tout. C’est un chemin qui donne de la vertu, car lorsque l’on a percés tous nos malheurs, vient alors une paix du silence de l’esprit. Cette paix est vivante. Elle a sa propre volonté, qui nous pousses au bien-être, qui veut faire grandir continuellement la conscience.

Poème

Par Jancy Bolté

Poésie, Peinture, Prose
Tempête, fin d’après-midi
Ah! Ces giboulées de mars….
Je me proposais de me réconcilier
Avec cette chère plume de poète
Que je me targue d’avoir
Ah! Ma plume de poète
Sans blague, quand j’y pense, je m’associe aux très grands
Aux précurseurs de Molière, en passant par Félix et Gilles
Sans oublier Ferré, Villon et Vian l’éternellement Jazz
Dans ma prime jeunesse, je me croyais béni des dieux ou de Dieu
Sans me l’avouer!!!!
La vie m’a montré autre chose
Il m’a fallut devenir très modeste…..
Avec le temps et après mures réflexions
Que les discours que je tenais beaucoup plus de la colère que de la poésie.
Le dicton,
Rage et colère!!!! Versus patience et longueur de temps…..
Mais cette colère était bien viscérale.
Bipolaire
C’était le début!!!
Je voulais introduire à cette poésie qui est mienne et originale
La réconciliation, la tendresse, la finesse de mon esprit
Timoré et torturé
Les expériences de ces derniers jours
Me rappelant à l’ordre, à l’estime que j’ai de moi, enfin à ma réelle
Sensibilité
J’étais un oiseau blessé et cette plume me servait d’exutoire
Ô temps suspend ton vol!!!!

Le pauvre vaut-il autant que le riche?


Par Alain Daigneault
(avec commentaires de Nathalie Séguin)



Un des moyens que j’ai trouvé pour vous parler en paix deux minutes, c’est de rester un vendredi soir après mon travail. Bon, premièrement, cet automne, nous avons décidé de créer un comité de rédaction pour filtrer ce qui va être publier. Joignez-vous à nous et donnez-nous votre opinion. Je prédis beaucoup de poésie, de dessins et d’articles on ne peut plus diversifiés dans les prochains mois.

Par ailleurs, je me questionne sur mon existence : quelle est la différence entre les gens riches et pauvres? Non pas que les pauvres sont plus malheureux que les riches car nous fêtons autant qu’eux - du moins, je le crois. «Comment ça ?» dites-vous ?

- C’est un enfant de Dieu tout comme le riche!

Thursday, September 29, 2011

Les impatients septembre 2011











Nathalie Séguin



















Nathalie Séguin

Ghislaine Provost





Friday, September 16, 2011

Extrait de la Pièce de théâtre écrit par Alain Daigneault

à paraître bientôt si accepté par le comité de lecture

Friday, August 19, 2011

Vieux-Montréal


Alain Daigneault et Lynn Larivière

À la plage d'Oka en juillet / Oka beach July


Les impatients août 2011

Andrejs Palejs

Nicole Langlois

What is PAAS Action?

Translation by Valérie Fauteux

As you know, Interagir, the Emploi-Québec programme was terminated in October 2010. There is a new programme focused on pre-employment and social insertion at Wellington Centre: AU CENTRE WELLINGTON EMPLOI.

It’s aim is to support people as they prepare to return to the workforce. The project allows individuals to do the following:

acquire vocational skills
to take on responsabilities by being active in Wellington Centre
to get real experience
to take charge of their lives
to make choices
to reach their full potential

The process accentuates employability, competence and service. Personal goals, follow-up and accompaniment of participants in the program is based on a vision of recovery that includes restoring social and vocational abilities.

1. Each participant is trained to accomplish tasks assigned to him. He is observed, supported, coached on the job’s concrete aspects and on social aspects needed to success in his situation.
2. We offer two choices: individual training, or structured support groups (offered by CREP) in which we identify personal, social and vocational goals.
3. Wellington Centre offers a whole range of activities, both social and creative, with occasional group day trips. Participants are strongly encouraged to participate in these.
How : by vocation support as well as individual and group meetings to ensure direct assistance to participants as they do their work.

The various partners offering assistance to this project are: Douglas Institute’s psychosocial rehabilitation program, Douglas mental health foundation, and CREP, a branch of the Montreal School Commission (CSDM).

DURATION: 1 YEAR MAXIMUM, 20 hours per week.

As part of the main activity, there are get-togethers, group visits and training which are designed to suit specific individual needs. A teacher meets with each participant and group every week. There is a monthly followup with the programme manager, Nicole Gay. These follow-ups allow participants to discover concrete means and tools to enable them to reintegrate into the workforce.

ACTION Programme’s apprenticeship programme (some positions require previous experience):

1. Graphic Design workshop agent
2. Boutique clerk
3. Cleaner
4. Computer tutor
5. Carpentry employee
6. Receptionist
7. communications agent
8. Café L’Expertise cashier
9. Administrative support employee
10. Garden worker
11. Documentation and reference centre clerk


Nicole Gay is in charge of the PAAS Action Programme and work rehabilitation counselor at Wellington Centre. Madame Gay will do the vocational supervision of participants and manage the tecnical and educational aspects of PAAS Action. She holds a Bachelor of Education with a specialty in professional and school training (ISEP). Other health professionals, including 2 rehab assistants and 2 gardeners, will help clients to adapt to their assigned tasks by assisting them on a daily basis.

A CREP instructor will offer formal and individual classes. Everyone will have access to employment conferences and other schedules outings.

Each participant will receive training on site (i.e. Where the activity takes place) and will receive one on one followup.

Clinical and educational supervision will be offered on a continuous basis. People in work programmes are to meet with the manager on a daily basis. In addition, participants work on objectives with their managers within individual one-hour sessions. The latter will help to clarify each person’s experiences and resolve problems. Intervenants encourage responsibility, independence and self-esteem in participants, using learning and training activities to achieve this. As mentioned before, the participants will be trained where they perform their rehabilitation work. Tasks will be adapted to the expectations of managers and individual skills of each individual. The trainer will be available all the time and will accompany each person to explain activities. There will be less accompaniment as the participant becomes more autonomous. CREP training will begin in September and end in June. This training is well-known. In addition, if the participant works with the CREP instructor and workshop animator, he or she may be awarded an attestation of vocational skills from the Ministry of Education, Leasure and Sports (MELS).

Each participant receives 130,00$ per month from Emploi-Québec as well as paid transportation to the centre.

Rules that we consider essentiel to develop respect for established work schedules.

PROGRAMME PAAS ACTION AND RECOVERY

The program’s mission is psychosocial readaptation of those persons who require support because of a mental health problem which can affect their choice of work and recovery. It allows people to assume important

tasks, to reappropriate control of their lives, make choices and achieve their full potential. Emphasis is placed on the individual as a whole working with each one on skills and strengths.

Criteria

We are searching for candidates who promise to respect the agreement between Emploi-Québec and the rehabilitation counselors. They wish to return to the workforce, respect schedules set up between counselor and candidate to work at a part or full-time paid occupation.

They are able to participate in a programme for 15 hours per week, the regulation number of hours. In case there is a justified interruption and obligatory absence, this number must be raised to 20 hours per week. Participants are allowed 5 days of absence in the first 3 months of the program; if they exceed this limit, the counselor will terminate their participation.

The candidate is responsible for telephoning the counselor in case of lateness, illness or other situations. He accepts to be followed up by a CREP instructor (socioprofessional workshop). He must promise to respect a 20-hour work committment demanded by Emploi-Québec.

When he must be absent to go to an appointment, he must give 2 weeks notice to facilitate work reorganization.

Any absence without cause or case of non-conformity to instructions will be noted and after three warnings, the candidate will no longer be eligible to participate in PAAS ACTION. Those in the carpentry workshop cannot return to this activity after their program is completed..

TOLERANCE ZERO: verbal and physical violence, psychological violence (you must leave the centre.)

If you are interested, please contact me, Nicole-Andrée Gay at the following phone number: 514-768-2668, post 2021 or 327.

Nicole Gay is in charge of PAAS Action, and is a counselor at Wellington Centre. She has a B.A. In professional and school training and is pursuing a master’s in careerology.

Barry Crago: chief clinical administrator of Wellington Centre’s recovery programme. Social worker and master’s degree in management. Telephone: 514-768-2668, extension 307.

QU’EST CE QUE PAAS ACTION ?

Comme vous le savez le programme d’Emploi Québec Interagir n’existe plus depuis fin octobre 2010. Un nouveau programme axé sur le pré emploi et l’insertion sociale AU CENTRE WELLINGTON EMPLOI
c’est quoi Il vise à soutenir les personnes dans leurs démarches de préparation pour retourner sur le marché du travail.. Le projet permet aux personnes d’acquérir des habilités vocationnelles, d’assumer des responsabilités en faisant des activités significatives qui soutiennent le fonctionnement du Centre Wellington, de jouer des rôles concrets, de se réapproprier le contrôle de leur vie, d’exercer des choix et d’exploiter leur plein potentiel. Le processus met l’accent sur les liens entre compétence, service et employabilité. Le cheminement, le suivi et l’accompagnement des personnes dans le programme du Centre Wellington est construit sur les fondements de la vision de rétablissement et la restauration des compétences sociales et vocationnelles.
1) Au programme le participant reçoit de la formation spécifique pour accomplir les tâches désignés; le participant est observé, soutenu et coaché sur les aspects concrets de la tâche et les aspects sociaux nécessaires pour réussir dans sa situation.

2) Nous offrons la possibilité de poursuivre des activités de formation individuelle et dans des groupes structurés de soutien (offert par le CREP) ou les objectifs de nature personnel, social et vocationnel sont identifiées.

3) Le Centre Wellington offre une panoplie d’activités de nature sociales et créatives, avec des événements ponctuels sociales (sorties de groupes). Les participants sont fortement encouragées à y participer.
Comment Par un soutien d’ordre vocationnel ainsi que des rencontres individuelles et de groupe, régulière assureront aux individus un support direct dans l’accomplissement de leurs tâches. Les différents partenaires qui appuient le projet sont le Programme de réadaptation psychosociale de l’Institut Douglas, la Fondation de l’institut en santé mentale Douglas et le Centre de ressources éducatives et pédagogiques (CREP) de la commission scolaire de Montréal (CSDM).
DURÉE maximum 1 année de 20 heures par semaine
Intégrées dans l’activité principale, il y a des rencontres, des visites de groupes et des formations qui sont et seront développées selon les besoins spécifiques des participants. Le participant a des rencontres de groupe et individuel à toutes les semaines avec l’enseignant. Il y a un suivi mensuel avec la responsable du programme Nicole Gay. Ces suivis permettent de discuter des moyens concrets à utiliser et à créer une boîte à outil nécessaires à sont intégration dans le milieu.

22 postes d’apprentissage du programme ACTION (certains postes requièrent une compétence préalable)

Nombre de postes d’apprentissages
1 Agent à l’atelier de graphique design
3 Commis à la boutique
2 Préposé à l’entretien ménager
1 Agent d’aide à l’informatique
2 Préposé à la menuiserie
2 Commis à la réception
1 Agent aux communications
2 Préposé à la caisse au Café l’Expertise
4 Aide cuisinier au Café l’Expertise
1 Aide au soutien administratif
2 Préposé à l’horticulture
1 Agent au centre de documentation et référence
Nicole Gay responsable du programme PAAS ACTION et conseillère en adaptation au travail au Centre Wellington, . Madame Gay assumera l’encadrement vocationnel des participants et assurera le déroulement du projet sur les plans techniques et éducatifs. Elle est titulaire d’un baccalauréat en éducation, volet formation professionnelle et scolaire (ISEP). D’autres professionnels de la santé, 2 assistants en réadaptation, 2 horticulteurs, participeront à l’intégration des participants en offrant un accompagnement quotidien.
Un enseignant du CREP offre des classes formelles et hebdomadaires. De plus, des sorties dans des salons de l’emploi et autres activités offertes à tous.
Chaque participant recevra de la formation donnée sur place (i.e. lieu de l’activité) et bénéficiera d’un suivi individuel.

L’encadrement clinique et éducationnel vise la continuité du suivi du participant. Ceux-ci sont rencontrés brièvement tous les jours, par le responsable du programme. De plus, un suivi individuel d’une heure est offert, ce qui permet de travailler à l’atteinte des objectifs. Les rencontres permettent de discuter de leurs expériences personnelles et de la résolution de problèmes s’il y a lieu. Les principes d’interventions visent la responsabilité et l’autonomie de la personne de même que la valorisation de la personne par des activités d’apprentissages et de formations.

Tel que mentionné, le participant recevra sa formation sur les lieux où se déroulera l’activité d’intégration et d’insertion. Des adaptations nécessaires seront apportées afin de s’assurer que les attentes liées à l’apprentissage des tâches soient à la mesure du niveau de fonctionnement de l’individu. La personne responsable de la formation, sera disponible en tout temps et accompagnera la personne pendant l’activité afin d’assurer la compréhension des activités. L’accompagnement diminuera au fur et à mesure que l’autonomie de la personne progressera. La formation donné par le CREP débute en septembre et se termine en juin. Cette formation est reconnue. Par ailleurs, si le participant collabore avec l’enseignant Du CREP et l’animateur d’atelier, il y a la possibilité de se voir décerné une attestation de compétence vocationnelle via le Ministère de l’Éducation, loisirs et sports (MELS).

Le participant reçoit d’Emploi Québec 130.00$ mensuellement ainsi que le paiement de son transport pour se rendre au centre.

Règles que nous croyons essentiel pour développer des habitudes qui respectent les horaires établies.

PROGRAMME PAAS ACTION & RÉTABLISSEMENT

Le programme s’insère dans la mission de réadaptation psychosociale qui vise à soutenir les personnes aux prises avec un problème de santé mentale dans leurs démarches d’intégration socioprofessionnelle et de rétablissement. Il permet aux personnes d’assumer des tâches significatives, de se réapproprier le contrôle de leurs vie, d’exercer des choix et d’exploiter leur plein potentiel. Il met l’action sur la globalité de la personne et travail avec elle à partir de ses compétences et de ses forces.

Critères

Nous recherchons des candidats qui s’engagent à respecter l’entente établies entre Emploi-Québec (E.Q.)
et la conseillère en adaptation au travail

Souhaitent intégrer le marché du travail Respecter les horaires établis entre
pour occuper un emploi rémunéré à temps le candidat et la conseillère.
partiel ou à temps plein.

Sont en mesure de participer au En cas d’interruption justifier et PROGRAMME à raison de 15 heures motivée la période acceptée par semaine, ce nombre doit atteindre 20 heures Emploi-Québec est de 5 jours dans les 3 mois du début du programme. d’absence; le conseiller mettra fin à la participation lorsque l’absence dépasse cette limite.

Le candidat à la responsabilité de téléphoner au conseiller pour l’aviser de retard, absence maladie ou autres.
Accepte de participer au suivi avec l’enseignant du CREP (atelier socio S’engage à respecter les 20 heures
professionnel). Exigé par le programme E.Q.

Lors d’absence motivé pour rendez-vous le candidat doit donner au moins 2 semaines d’avis pour faciliter la réorganisation du travail.

Toute absence non motivé ou en instance de non-conformité aux consignes sera noté et au troisième
avis la personne ne sera plus éligible au programme. Les personnes qui sont à l’atelier d’ébénisterie pendant Le programme PAAS ACTION ne peuvent retourner en activité dans ce même atelier à la fin du programme.
‘’TOLÉRANCE ZÉRO’’ : verbal, physique, psychologique (vous devrez quitter le centre).

Vous avez un intérêt, veuillez me contacter Nicole-Andrée Gay au numéro de téléphone suivant 514-768-2668 poste 327, Local 202.1.

Nicole Gay, responsable du programme PAAS ACTION et conseillère en adaptation au travail Centre Wellington et responsable du programme PAAS ACTION, , baccalauréat en formation professionnelle et scolaire et maîtrise en carriérologie en cours 514-768-2668 poste 327
Barry Crago, chef clinico-administratif du programme rétablissement du Centre Wellington , travailleur social et maîtrise en gestion, ttéléphone 514-768-2668 poste 307

LA BOUTIQUE WELLINGTON ET LES PERSONNES QUI S’Y IMPLIQUENT

La boutique depuis juin à un horaire d’été : le jeudi, vendredi de 13:00 à 17:00 et le samedi de 12:00 à 16:00 heures.
Depuis mi octobre le programme Interagir d’Emploi Québec a été annulé

A partir de juillet le programme PAAS ACTION est offert. Il débute et nous pouvons seulement inscrire que deux personnes pour juillet parce que le ministère de l’emploi et de la solidarité sociale nous informe qu’il n’y a pas d’argent pour le moment!!

Bon, quoi faire, puisque je suis responsable de ce programme. Trouver des gens qui ont un intérêt commun pour que certains postes névralgiques puissent fonctionner.
Je dois dire que j’ai le plaisir que des gens du CENTRE s’impliquent et j’aimerais d’abord vous soulignez leurs présences et aussi spécifier que sans eux beaucoup de choses ne fonctionneraient pas.
La boutique fonctionne parce que Simone Brissette, Christian Ducasse, Alain Daigneault, Paul Colford, François Guay, Germaine Thibert et Jean Leroux ont décidé d’y être pendant le mois de juin. Patricia Kaouk, Barry Crago et moi-même Nicole Gay avons fait un samedi chacun.
En juillet, les mêmes personnes sont là pour nous appuyer.
À la réception, Sylvain Descostes, Paul Colford, Christian Ducasse, Stéphane Orsini, Simone Brissette, Alain Daigneault y sont et nous avons un bénévole Gregory Rodd qui a fait sont premier samedi...
Se sont tous ces gens qui font que la Boutique, la réception, le centre de référence et quelquefois l’entretien ménager roulent comme sur des roulettes.

BRAVO! ET MERCI!
Il y aura un événement à la fin août pour souligner l’appui de chacun et chacune de vous.
En vous remerciant,

Nicole Andrée Gay
Je me permets de signer pour Barry Crago avec qui j’ai eue le plaisir de discuter la semaine dernière et qui trouvent cela fantastique...
Il vous le dira lui même fin août.

THE BOUTIQUE WELLINGTON AND THE PEOPLE THAT PARTICIPATE

The boutique has had a summer schedule since June. Beginning in June, Thursdays and Fridays from 1:00 to 5:00 and Saturdays from 12:00 to 4:00.
The Interagir program from Emploi Québec was cancelled in mid October,

As of July, the program PASS ACTION is being offered. We can only register two people for July because the employment and welfare ministries have informed us that there is no money for the moment!!

So what do I do since I am responsible for this program? I must find people that have a common interest so that the nerve center of the Wellington Center continues to function well. I must say that I have had the pleasure of working with people from the Center who get involved and I would like to underline their participation. Without them, many things would not function. The boutique functions because Simone Brissette, Christian Ducasse, Alain Daigneault, Paul Colford, François Guay, Germaine Thibert and Jean Leroux have decided to be at the Boutique during the month of June. Patrizia Kaouk, Barry Crago and myself Nicole Gay have each done a Saturday. In July, the same people are there to support us. At the reception desk, Sylvain Descostes, Paul Colford, Christian Ducasse, Stéphane Orsini, Simone Brissette, and Alain Daigneault are there and we have a volunteer Gregory Rodd who did his first day last Saturday...
It is because of all these people that the Boutique, the reception, the reference center, plus sometimes house maintenance all function.

BRAVO! AND THANK YOU!
There will be an event at the end of August to recognize the support of each one of you.
Thanking you,

Nicole Andrée Gay
I speak for Barry Crago as well, with whom I had the pleasure of discussing these members active support last week and he finds that fantastic... He will tell you himself at the end of August.

The trip in Agadir, Morocco



By Stefania Orsini

I have been in Morocco in 2009 to get engaged to Anwar. I went back in 2010 to get married to him. I saw lots of nice sights, tasted good food. Banks were nice and big and pastery shops jewlery stores were large. The one beaches I went in Agadir was very beautiful. I really love that Morocan city. The markets and everything in there I adore. Moreover, the culture and the clothings they weared was very decent. Especially my husband whom I married has a great family and great sisters in law. His niece and nephews as well as his brothers in law in other countries (England and Spain) are wonderful. My husband Anwar works in a high class hotel as a chief in Kenzi Europa hotel in Agadir. This marriage was a great life experience.

Trois heures du matin

Par Jancy Bolté

Toujours trois heures du matin!
Qu’il tonne, qu’il pleuve ou qu’il neige
De grands moments
Un café, deux hommes qui se veulent des artistes, des philosophes
Des vivants viveurs
Vous vous reconnaissez
Dans le temps qui s’estompe
Il est trois heures du matin
Un autre café, bistro, un couple
Sartre et Beauvoir
Exprime leur essence
Le deuxième sexe!
Faux dit le philosophe
Le sexe qui donne la vie est prime
À trois heures du matin dans un bistro tout est possible
Et pourtant la chatte de Colette qui fait le pied de grue devant la porte
Depuis minuit, veut rentrer au bercail
Décidément il est toujours trois heures du mat!

Wednesday, August 3, 2011

Camp d’été 2011 - Summer Camp 2011


Ça c’est des vacances
Du 22 au 26 août, soyez des nôtre.

Activités à confirmer : Ponton, pêche, baignade, théâtre, danse, peinture, tir-à-l’arc, soccer, olympiades, randonnée en forêt.

Date limite pour s’enregistrer : le 3 août

Coût : 160$
Communiquez avec Frances

This is vacation
August 22 - 26, join us.

Activities to be confirmed : Pontoon, fishing, bathing in the lake, theatre, dance, painting, archery, soccer, Olympic games, hiking in the forest.

Deadline for registration : Aug. 3rd.

Cost : $160

Bridge

June 3rd 2011, a boutique, two exhibitions and a bridge between Wellington Center and the Verdun Community

by Christian Ducasse, revision of French text by Emilie Roy. Translation by Valérie Fauteux


In October 2010, I was invited to sit on the «committee for change» at Wellington Center. From the beginning, I did research on the committee’s history. Our director, Barry Crago, answered my questions and gave me information so that I had an accurate impression of this group. I also consulted some Internet websites, such as the «Yale Program for Recovery and Community Health » and the « Parachute Factory », an art gallery in New Haven, where Yale is located.

In 2009, Barry Crago and Sonia Coté did some reflexion on recovery and programs at Wellington Center. With the assistance of the Douglas Institute, this pair formed a work committee and invited David Stainer to offer them training using the Yale model. The latter came to Montreal to explain the philosophy behind PRCH, the Yale Program for Recovery and Community Health. Some things worth mentioning came out of this visit. To begin with, the work committee composed of our director, staff and users of the center wrote a chart representing Wellington’s values expressed as a mission statement.

Thus, the Change Leadership Committee was officially created. The committee is made up of our director, Barry, staff members and users of the center. Les Impatients now has a working relationship with our center. A decision was made to improve the interior of the building . On the ground floor, Espace 107, the mezzanine, and the boutique have been revamped.

Next, Mr. Crago decided to set up a bridge between the users and workers of Wellington Center and some local organizations. As a result, Pierre Demers of the Verdun CLSC and Nicole Lahaie of the Lasalle CLSC joined the Change Leadership Committee and became active members in our institution. Nicole Gay contacted some local community resources. These initiatives led to partnerships between FACV; ‘‘Fenetre Arts and Culture Verdun’’, ‘‘Empreinte d’artistes’’ and our establishment. Circuit Arts et Culture, edition 2011 is the end result of the above networking.

Next, our boutique changed its sales methods. From now on, the boutique’s creations will be sold on consignment. In this way, part of the profit will go to Wellington Centre and part to the artists. ‘‘Les Impatients’’ and ‘‘L’Atelier du Centre Ville’’ are now partners of our Centre on the commercial level.

Going back to New Heaven, in 2008, David Stainer organisation, the PRCH with the Community Services Network of New Haven, an umbrella group of community services in the New Haven area and also the Arts Council of Greater New Haven make partenership and opened a community center and art gallery nammed The Parachute Factory.
The ultimate goal was to facilitate recovery and integration of people with chronic mental illness into society. Starting in 2008, The Parachute Factory organized several art expositions. These were intended to create a bridge between users of rehabilitation services and the New Haven community.

Return to Wellington center, Action Autonomie and its representatives, Ghislain Goulet and Sylvain Leduc, were next on Wellington Center’s list. This resource enabled us to raise awareness and urge our users to become active and responsible citizens.

Like the New Heaven experience, on the subject of bridging the gap between Verdun and our center, a decision has been made to change Room 107 into Espace 107, now an art gallery open to our members and also to the Southwest community on special occasions.


Don’t forget the opening date: June 3rd 2011. We will be able to compare our Espace 107 to New Haven’s Parachute Factory at long last!

Our centre will be participating actively in “Le Circuit Arts et Culture de Verdun, edition 2011. Corrid’art has made it possible for us to exhibit art on the walls of the center’s ground floor. This will no doubt brings more visitors to our gallery. Laurent de Backer, one of our artists ,will show his paintings at IKRA Health Centre, creating a link to Verdun citizens.

Our boutique has a new look and, as part of the June sidewalk sale, will attract attention with its arts and crafts sale. Pretty, original, useful and at a good price: who could ask for more?

Lastly, our “Impatients” will see their art on exhibit in Espace 107. I was on hand to see Pierre Bellemare’s paintings hung in the art gallery. I found them charming and liked them very much. Someone by the name of Barry C. (he wishes to remain anonymous) says that these paintings will be on sale at a reasonable price to benefit the artists and our establishment.

Thanks and congrats to everyone without exception for the new life they have breathed into our centre. In short, we’ve been re-energized. Long live Verdun’s Wellington Center!

Un pont

Le 3 juin 2011, une boutique, deux expositions et un pont entre le Centre Wellington et la communauté Verdunoise !

Par Christian Ducasse, révision linguistique Émilie Roy

En octobre 2010, j’ai été invité à joindre le « comité changement » du Centre Wellington. Dès mon arrivé dans le comité, j’ai cherché à connaître l’historique de ce comité. Pour m’en faire une idée juste, j’ai interrogé et vérifié des faits auprès de notre directeur, monsieur Barry Crago. J’ai aussi consulté quelques sites internet pour mieux connaître le «Yale Program for Recovery and Community Health » et la galerie d’arts : « The Parachute Factory » de New Haven, Connecticut.

En 2009, Barry Crago et Sonia Côté ont amorcé une réflexion sur le rétablissement et la programmation du Centre Wellington. Avec le soutien de l’institut Douglas, ceux-ci ont formé une équipe de travail et invité un spécialiste de l’Université Yale de New Haven, Connecticut, monsieur David Stainer, pour offrir une formation à cette équipe. Celui-ci est venu travailler à Montréal pour expliquer la philosophie derrière le «Yale Program for Recovery and Comunity Health », le PRCH. Il en est ressorti quelques éléments à souligner. En premier lieu, l’équipe de travail composé de notre directeur, d’intervenants et d’usagers de notre institution ont élaboré une charte qui représente les valeurs associées à la mission du Centre Wellington.

Puis le « Change Leadership Commitee » a officiellement été créé. Comme à l’origine, il est composé de notre directeur Monsieur Crago, d’intervenants et d’usagers de notre institution. Parmi les actions entreprises, on note une entente de service entre l’organisme « Les Impatients » et notre établissement. Il a été aussi décidé d’améliorer l’environnement physique de notre Centre. Le rez-de-chaussée, l’espace 107, la mezzanine, la boutique se sont refait une beauté.

Ensuite, Monsieur Crago, a décidé d’établir un pont entre le Centre Wellington, ses usagers, ses travailleurs et certaines organisations du territoire. Ainsi Monsieur Pierre Demers du CLSC Verdun et Madame Nicole Lahaie du CLSC Lasalle ont joint le « Change Leadership Commitee » et sont devenu des partenaires à part entière de notre institution.

Pour sa part, Nicole Gay a contacté des ressources sociaux-communautaires. De ces démarches, des partenariats se sont formés entre le FACV «Fenêtre Arts et Cultures Verdun», «Empreinte d’arstistes» et notre institution pour la participation de notre établissement au : « Circuit Arts et Culture Verdun », édition 2011.

Puis, notre boutique a changé ses méthodes de mise en marché. Les produits créés par nos usagers seront dorénavant vendus en consignation. Ainsi, une partie du profit de la vente ira dans les goussets de nos artistes et une partie au Centre Wellington. Puis, des partenariats d’affaire ont été créés entre notre boutique et l’organisme « les Impatients », puis dans un deuxième temps, Nicole Gay a établie des contacts entre notre boutique et l’organisme « l’Atelier du Centre-Ville » qui est maintenant un de nos fournisseur.

Précédemment en 2008, le formateur de l’Université Yale, Monsieur Stainer, a vu son organisation, le PRCH, s’unir avec le « Community Services Network de New Haven », le CSM, qui est un consortium de petites organisations qui offrent divers services communautaires à la population de New Haven et avec le : « Arts Council of Greater New Haven ». Ces trois organisations ont ouvert conjointement un centre communautaire et une galerie d’arts nommée : « The Parachute Factory ». Les 3 organisations ont joint leurs forces dans le but de permettre aux personnes aux prises avec de maladies mentales à faire un atterrissage en douceur dans leurs processus de rétablissement et de reconstruction de leurs vies dans la société. Depuis 2008, les administrateurs de la « Parachute Factory » ont organisé plusieurs expositions d’arts, expositions qui ont toujours eu pour but de mettre en contact les usagers des services en réhabilitations sociales et la communauté de New Haven.

Revenons au Centre Wellington, des contacts ont été établis entre l’organisme « Action Autonomie » et ses représentants messieurs Ghislain Goulet puis Sylvain Leduc et notre établissement, cela dans le but de nous aider à sensibiliser et à mobiliser nos usagers à l’action et à la responsabilité citoyenne.

Toujours dans le but de créer des ponts entre notre centre et la communauté Verdunoise, il a été décidé de transformer le local 107 en « Espace 107 » ( une idée de Laurent de Backer) et de faire de cet espace une salle d’exposition artistique permanente ouverte à nos membres mais aussi ouverte à la population du Sud-Ouest de Montréal à l’occasion d’événements ponctuels.

Retenons la date d’ouverture, le 3 juin 2011, car à partir de cette date, nous pourrons enfin faire un parallèle entre les activités de la galerie d’arts de la « Parachute Factory » de New Haven et l’Espace 107 du Centre Wellington.

Notons que notre établissement sera un participant à part entière à l’activité : « Le Circuit Arts et Culture de Verdun », édition 2011, cela par le biais du Corrid’art, où nos murs du rez-de-chaussée serviront de hall d’exhibition pour les œuvres d’artistes de Verdun. Cela amènera sans aucun doute, de nouveaux visiteurs à notre centre. Nous verrons aussi un des nôtres Laurent de Backer, exposer ses oeuvres au Centre de santé « IKRA » et ainsi être un ambassadeur de notre établissement auprès des verdunois.

Notons que notre Boutique a fait peau neuve et dans le cadre de la vente trottoir du mois de juin 2011, fera un retour en force sur la rue Wellington par ses articles qui sont jolis, pleins d’originalités, utiles, tout en étant des aubaines.

Enfin, « nos Impatients » verront leurs créations exposées pour une première fois dans « l’Espace 107 ». J’ai eu le plaisir d’assister en direct à l’accrochage des œuvres par Pierre Bellemare « des Impatients » et je dois dire que j’ai été charmé par la joliesse de l’ensemble et je dois dire que j’aime ! De plus, un certain « Barry C. (il tient à l’anonymat) me glisse (et cela doit rester entre vous et moi) que les œuvres sont en vente pour des prix raisonnables au bénéfice des artistes et de notre établissement.

Merci et félicitations à tout le monde sans exception pour le second souffle, la vie nouvelle apportée à notre centre. J’y constate un dynamisme retrouvé. Longue vie au nouveau Centre Wellington de Verdun !